Le Spotting, les spotters, Kézako?

Vous avez sûrement déjà entendu parler de spotting ou de spotters. A l’origine, lors de la seconde guerre mondiale,  les spotters étaient des soldats chargés de la surveillance du ciel. Ils donnaient alors l’alerte lors de l’arrivée des bombardiers allemands. 

Puis au fil des années le terme de spotter à évolué. Aujourd’hui, les spotters que vous rencontrerez ne surveillent bien-sure plus les bombardiers… Ce sont des passionnés d’aéronautique, parcourant les aéroports afin d’observer et de répertorier des avions ou hélicoptère plus ou moins rare. Mais le terme de spotter à de plus en plus tendance à s’élargir à toutes les personnes prenant des photos aux abords des aéroports. Pour la majorité, ces personnes restent néanmoins des passionnés d’aéronautique.

J’ai commencé la photo en alliant ma passion de l’aéronautique et ma future passion pour la photographie. Je vais donc vous donner quelques astuces pour faire vos premiers pas de spotter!

1. Le matériel


Comme à mon habitude, les conseils prodigués s’adresseront aux possesseurs de reflex numérique. Non pas qu’il soit impossible de photographier avec des compacts mais la longueur des focales (zooms) et leur performance en générale est très limitée pour ce genre de photo.

Pour aborder correctement le spotting il faudra donc vous doter d’un téléobjectif. 200mm est un minimum, 400mm est très confortable. Tout dépendra de votre distance par rapport aux avions… Lors de Meetings aérien il arrive parfois d’être très proche de la piste, un 200mm peut donc suffire lors des phases de vols rapprochées.
 


Les téléobjectifs stabilisés sont un plus, ils permettent comme leur nom l’indique de se stabiliser en vertical ou en horizontale ce qui permet de réaliser des filets (nous verrons par la suite ce que signifie ce terme).

Un monopode peut s’avérer très utile, je pense aux meetings aériens notamment qui mettent à rude épreuve nos bras pour ceux qui disposent de longues focales.

2. La technique photo


La « technique » utilisée dépendra du rendu que vous cherchez. Avant de vous mettre bêtement sur tel ou tel mode car vous avez entendu sur un forum qu’il fallait faire comme ça, réfléchissez au rendu que vous voulez.

• Si vous souhaitez faire des filets (Effet de vitesse, on suit l’appareil avec l’objectif afin d’obtenir un fond flou – filé – tout en gardant l’avion net) il faudra utiliser une vitesse d’obturation lente. Plus la vitesse sera lente, plus l’arrière plan sera filé mais plus vous aurez de chance d’avoir toute la photo floue… Bien entendu, la vitesse d’obturation pour obtenir un beau filé dépendra également de la vitesse de l’avion qui est très variable d’un modèle à un autre ainsi que pendant les différentes phases de vol.

Comme à mon habitude, je prêche l’apprentissage par l’essai. Réglez votre boîtier en mode priorité vitesse (mode S), sensibilité ISO la plus basse possible de préférence et commencez par fixer une vitesse de 1/100s. Regardez le résultat, si le fond est trop figé, recommencez en baissant la vitesse  (ex. 1/80s). Au contraire, si tout est beaucoup trop flou, augmentez légèrement la vitesse d’obturation.

• Autre technique, si vous « spottez » des avions à hélices il est préférable, pour un effet esthétique, de ne pas figer les hélices (ce que je ne fais pas toujours…) Au début, vous aurez tendance à régler des vitesses très rapide (1/1500s) afin d’être sure d’avoir un appareil net mais pour ne pas figer les hélices il faudra baisser cette vitesse. Encore une fois la vitesse d’obturation à adopter dépendra de la vitesse de rotations des hélices. Un mot d’ordre: ESSAYEZ et regardez le résultat! Commencez à 1/300s et avisez ensuite s’il faut augmenter ou baisser cette vitesse…

• Enfin vous pouvez également utiliser les poses longues de nuit. Cela produira un effet superbe sur les lumières des avions. Pour cela, il faudra trouver un point de vue dégagé sur l’aéroport (pas toujours facile…). Une fois trouvé, placez votre appareil sur un trépied stable. Réglez votre vitesse ISO au minimum et utilisez le mode S. Il faudra utiliser une pose très longues pour avoir un bel effet durant toute la phase de décollage ou d’atterrissage (ex. 50s)

 
Photo © Hanys sur Jetphotos.net


 

3. Le lieu


Maintenant que vous avez tout pour réussir vos premières  « photos d’avions » il faut trouver les terrains pour pouvoir pratiquer! L’idéal et le plus « amusant » sont bien sure les meetings aérien dans lesquelles vous pouvez vous approcher de la piste et admirer des aéronefs peu communs. Mais si la saison des meetings est terminée, comme c’est le cas actuellement, vous pouvez vous rendre aux abords des pistes de l’aéroport le plus proche de chez vous.

C’est là que ça se complique. Vous le savez, un aéroport est une zone très sécurisée, il ne faut pas donc faire n’importe quoi! On oublie le trou dans le grillage qui nous gène, ou sauter les barrières pour se rapprocher… (Je dis ça, mais on en voit le faire!). Je vais vous parler plus précisément des aéroports Parisiens, notamment Roissy Charles de Gaulle.

Depuis juillet 2006, de nombreux panneaux comme celui-ci ont fleuri tout autour de l’aéroport. En gros, vous pouvez lire qu’il faut vous doter d’une autorisation préfectorale pour pouvoir faire des photos autour de l’aéroport. Attention  pour les plus rebelles d’entre vous : des contrôles sont systématiquement effectués par les militaires autour de l’aéroport, si vous n’avez pas cette autorisation sur vous, vous risquez 450€ d’amende. N’hésitez donc pas à la demander. Pour cela il vous suffit d’envoyer un email à courrier@seine-saint-denis.pref.gouv.fr en y ajoutant votre Nom, Prénom, Date de Naissance et ville ainsi qu’une photocopie de votre carte d’identité. Ajoutez-y quelques lignes pour détailler la nature de votre demande…

Vous pouvez également effectuer cette demande par courrier à l’adresse :

Préfecture de la Seine-Saint-Denis 
Services du Sous-Préfet chargé des aéroports de Paris Charles de Gaulle et de Paris le Bourget 
1 Esplanade Jean Moulin 
93007 Bobigny Cedex.

Vous recevrez votre autorisation par courrier quelques jours plus tard, il faudra la garder avec vous à chaque fois que vous vous rendrez aux abords de l’aéroport pour prendre des photos.


Je ne connais pas d’autre aéroports en France demandant une autorisation pour la prise de vue, renseignez vous tout de même avant d’allé spotter… 

4. Mise à jour concernant les autorisations pour le spotting en région Parisienne (01/11/2012)

A compter du 01/11/2012, les autorités demanderont aux spotteurs de leur présenter un badge Préfectoral nominatif avec photo lors des contrôles de patrouilles aux abords des aéroports

Pour obtenir votre badge, vous devez envoyer par courrier les documents suivants :

  •  Photocopie de votre carte d’identité ou du passeport
  •  Une photo d’identité au format administratif standard
  •  Votre adresse postale complète

A l’adresse suivante :

Service du Préfet chargé des aéroports de Paris-Charles-de-Gaulle et du Bourget
A l’attention du Commandant de Police Xavier HUBY

SPDCARB B.P 18031
95722 ROISSY CDG CEDEX

5. Liens annexes 

  • Ma galerie photo Constantimages (Spotting à Roissy CDG, ORLY, Ferté-Alais etc…)
  • Jetphotos Partage de photos aéronautiques, vous pouvez soumettre les vôtres. Attention, chaque photo est modéré et Jetphotos se réserve le droit de la publier ou non.
  • Planepictures Même principe que Jetphotos précédemment cité.
  • Airliners Même principe que Planepictures et Jetphotos mais les critères de sélections sont beaucoup plus sévères… Cela s’en ressent donc sur la qualité des photos affichées

3 thoughts on “Le Spotting, les spotters, Kézako?

  1. Je suis tombé sur ce site en faisant une recherche sur google sur le terme spotter.
    J’aimerai bien tenter de prendre des avions en photos mais je ne suis jamais allée aux abords d’un aéroport encore.
    Le plus proche de chez moi étant roissy.
    Je ne sais pas d’ou l’on peut photographier les avions je ne le connais pas bien.
    J’ai vue ces panneaux une fois du coup j’ai même pas osée prendre une photo avec mon téléphone.
    Est toujours en vigueur cette demande d’autorisation?
    Elle est valable combien de mois?

  2. Salut Pitch,

    Effectivement cette demande d’autorisation est toujours valable. Aujourd’hui elle se présente sous la forme d’un badge avec photo à présenter lors des contrôles. A ma connaissance il n’y a pas de date de « péremption »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *