Bien appréhender le format RAW : explications et astuces

Suite à la demande d’une amie, je vais tenter d’aborder le sujet du format RAW. Tout d’abord je ne connais aucun reflex numérique capable d’enregistrer une photo au format RAW universel. (Et là vous vous dites, mais qu’est-ce qu’il raconte??).


En effet, on a souvent tendance à faire le rapprochement entre le format constructeur non compressé et le format RAW. Par exemple Nikon permet de prendre ses photos au format *.nef qui en réalité est un format spécifique à Nikon, compressé et organisé pour contenir toutes les informations que le capteur perçoit lorsqu’on prend une photo. C’est également le cas pour Canon et ses formats *.cr2 ou *.crw. Mais contrairement au RAW ces formats constructeurs nécessitent un logiciel spécifique pour être visionné. C’est en partie une des raisons (outre le poids des fichiers) qui pousse certains utilisateurs à être si réfractaire à ces formats, peu pratique pour le visionnage rapide et l’édition des photos.

Avant de peser le pour et le contre des formats RAW, il me parait opportun de comprendre comment est construit ce format par rapport au format Jpeg. Aujourd’hui, tous les appareils photos (Reflexs, bridges, compacts) enregistrent les photos au format Jpeg, seul certains sont capables de donner un format RAW. Mais alors pourquoi le Jpeg est t’il plus couramment utilisé que le RAW qui est censé être non compressé et donc de meilleur qualité?

1. Le format Jpeg


En effet, à première vue le jpeg, si tant est qu’il soit enregistré en haute qualité (compression minimum), donne de très bons résultats. Il convient parfaitement à la visualisation des photos. Lorsque le capteur de l’appareil photo traite l’image qu’il reçoit, le firmware va dans la foulée effectuer le dématriçage (étape permettant de créer les couleurs par mélange et interpolation des 3 matrices de Rouge Vert et Bleu) puis va compresser cette photo à l’aide d’un algorithme qui va supprimer de façon irréversible toutes les informations superflus pour l’oeil humain. Pourquoi garder une photo comprenant plusieurs million de couleurs alors que votre oeil ne peut même pas en distinguer la moitié? 

Le format Jpeg permet donc de prendre des photos sans perte de qualité pour l’oeil humain tout en ayant un poids de fichier très raisonnable. En revanche il n’offre aucune latitude pour la retouche photo.

2. Le format Raw


Les formats nef, cr2, crw… par abus de langages les formats RAW, gardent toutes les informations brut que le capteur perçoit. Contrairement au jpeg, lors de la prise de vue, le capteur perçoit les informations de l’image mais ne les compresse pas, il les enregistre dans sont format constructeur. En l’état, l’image n’est donc pas visualisable et, puisque chaque constructeur organise leur fichier raw à leur sauce, il faudra un logiciel spécifique à chaque constructeur pour pouvoir interpréter les données de ces fichiers en image visualisable. 

Vous l’aurez donc compris, l’avantage indéniable de ce format est donc le nombre d’informations contenus dans la photo. Contrairement au format Jpeg, des retouches pourront se faire facilement sans pour autant dégrader l’image. Ce format permet notamment de s’affranchir lors de la prise de vue des réglages comme la balance des blancs ou l’exposition qui pourront être modifiés à souhait en post traitement. C’est donc une première bonne raison de photographier en RAW! 

Prenons l’exemple de la photo ci dessous, j’ai shooté ce criquet rapidement avant qu’il s’en aille. Heureusement j’étais en Raw (ou plutôt nef). Ce format m’a donc permis d’ajuster l’exposition et la balance des blancs très facilement sans dégrader l’image. 


Bon, d’accord le RAW c’est bien, mais les fichiers sont super gros, je peux donc enregistrer moins de photos sur ma carte, en plus je n’arrive pas à les visualiser sur mon PC! C’est vrai… je ne pourrais rien faire pour le poids des fichiers, en revanche vu le prix des mémoires flash aujourd’hui ce n’est plus un argument recevable! Pour ce qui est de l’aperçu des photos dans l’explorateur Windows il y a une solution.

3. Exploiter vos fichiers raw


Comme je l’ai expliqué précédemment, on appel le format constructeur non compressé le format RAW. Encore une fois, si c’était vraiment un format RAW un logiciel unique pourrait décoder les fichiers de tous les constructeurs… Malheureusement ce n’est pas le cas, il a donc fallut trouver une solution. Pour ce qui est de la visualisation du type aperçu photo dans Windows les constructeurs mettent à disposition sur leur site des codecs permettant d’utiliser la visionneuse Windows par défaut pour visualiser vos photos au format RAW.

 
  • Nikon : Nikon Nef codec Windows® 7 32 bits, Windows Vista® 32 bits (SP2), Windows® XP 32 bits (SP3)
  • Canon  : Canon Raw codec Windows® 7 32 bits, Windows Vista® 32 bits (SP2), Windows® XP 32 bits (SP3)
  • Olympus : Raw codec  Windows® Vista 32 ou 64 bits, Windows® XP Professional SP3
  • Sony : Sony Raw driver Windows® 7 32 bits, Windows Vista® 32 bits & 64 bits (sauf pour starter) (SP2)
  • PanasonicLumix Raw Codec Windows Vista® Home Basic / Home Premium / Ultimate / Business
    Microsoft® Windows® 7 Home Basic / Home Premium / Professional / Ultimate / Starter (32-bit)
  • Pentax Pentax Raw Codec Windows Vista (32 bits) et Windows 7 (32 bits).
Plus globalement, Microsoft met également à disposition une visionneuse Raw pour windows XP. Enfin, si votre OS n’est pas compatible avec le codec de votre constructeur il vous reste la solution payante  FastPictureViewer Codec Pack

Pour ce qui est de la retouche photo je ne connais pas tous les logiciels spécifiques à chaque constructeur. En revanche Photoshop à l’avantage de mettre à disposition un plugin appelé Camera Raw qui à la particularité de prendre en charge un bon nombre de format Raw. Une fois ce plugin installé, ouvrez votre photo raw avec Photoshop, la fenêtre ci dessous s’ouvrira. Vous pourrez à partir de ce plugin retoucher aisément votre photo au format RAW.
 

4. Conclusion


Le RAW à ses avantages et ses inconvénients. Il convient à toute personne voulant effectuer des retouches photos un peu poussées sans dégrader l’image d’origine. En revanche les fichiers sont plus volumineux et nécessite l’installation de codec spécifique pour pouvoir visualiser les photos.

L’autre solution est d’enregistrer ses photos en double (Raw+Jpeg). Cela permet aux configurations les moins puissantes de pouvoir visualiser les photos sans que votre PC rame comme un fou pour décoder une image…

Voilà, j’espère avoir été clair pour les personnes qui se posaient quelques questions à propos de ce format? A bientôt et bonnes photos.

 

4 thoughts on “Bien appréhender le format RAW : explications et astuces

  1. Merci pour ce petit cours sur le RAW.
    Il ne me reste plus qu'à le mettre en pratique et qui sait peut être qu'un jour je ne pourrai plus me passer de ce format !!

  2. Effectivement, une fois qu'on y a gouté, on ne peux plus s'en passer!
    Cependant, beaucoup de photographes amateurs n'utilisent pas le raw simplement parce que cela implique de passer du temps sur le post traitement… Il faut choisir!
    De plus, il suffit de créer ses propres scripts Photoshop et de se savoir utiliser la formidable fonction « Automatisation » pour perdre le moins de temps possible!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *